2/ Quel angle d’approche adoptez-vous face à la violence des élèves en milieu scolaire ?

lundi 4 juin 2007
par  Daniel Favre
popularité : 35%

La violence apparaît comme un phénomène dont la complexité ne fait plus de doute… pour les chercheurs. Les solutions pour la réduire ou la prévenir ne peuvent donc pas être simples, ni isolées mais doivent concerner les différentes dimensions de la vie de l’élève.
Ainsi, je n’approuve pas la mesure qui a abouti à la création des « heures de vie de classe », si les autres heures de la vie en classe doivent demeurer inchangées. Si les situations qui risquent de provoquer un affaiblissement de l’élève sont maintenues, il existe le risque que celui-ci devienne affaiblissant à son tour, et que s’installe le besoin d’affaiblir pour se sentir fort, autrement dit la violence, comme je tente de le montrer dans ce livre. Parmi les mesures que je propose, le rapprochement de la didactique (le questionnement pour rendre les contenus d’enseignement assimilables par les élèves) et de la socialisation (l’éducation d’un citoyen autonome et responsable) me paraît indispensable. Cela implique de revoir en profondeur la formation des enseignants qui reste très marquée par le découpage en disciplines et le morcellement des apports.


Navigation